Un été sans supermarché

Un défi pour soutenir les acteurs
locaux, vrac et zéro déchet de Belgique

Le constat est alarmant : de plus en plus de commerces indépendants pensent devoir mettre la clé sous le paillasson. Plus assez de cash-flow, épuisement psychologique, licenciement ou non renouvellement de contrats de travail, baisse de fréquentation… sont autant de réalités auxquelles ils font face suite aux différentes crises. Pourtant, plus que jamais il est urgent que les consommateurs se tournent vers des achats plus vertueux et plus écologiques, ce que les commerces vrac, bio, locaux et zéro déchet proposent. Dès le 1er juillet, ConsomAction lance le défi « Un été sans supermarché » et ira à la rencontre des commerçants et des consommateurs pour les motiver à découvrir toutes les alternatives disponibles localement. L’objectif étant de faire prendre conscience à chacun d’entre nous que ces lieux d’achats sont une solution pour un futur plus durable.

 

Odoo • une photo avec une légende
 

Depuis plusieurs semaines, on entend de plus en plus de commerces indépendants locaux subir une baisse de fréquentation et de chiffre d’affaires, avec déjà des fermetures à la clé. Cette baisse s’élève à 35% en moyenne du chiffre d’affaires entre janvier 2019 et 2022, pour les acteurs wallons et bruxellois, créant ainsi une grande incertitude sur les emplois de ces commerces.  

 

A cela s’ajoute, le risque de mettre en péril des secteurs dépendants de ces commerces : producteurs locaux, maraîchers, petits transformateurs, sous-traitants, artisans. Si ces commerces devaient fermer, une grande partie des fournisseurs et producteurs locaux qui travaillent avec ce secteur se verraient directement impactés.

 

Un secteur plus qu’essentiel en période de crises répétées

 

Les commerces indépendants locaux font partie des secteurs essentiels. Pendant toute la durée du confinement, ils n’ont pas lésiné sur les heures prestées, ont adapté leurs horaires pour répondre à une plus forte demande et proposé d’autres solutions d’achats pour répondre aux besoins particuliers des consommateurs (livraison à domicile, e-shop,…)

 

Alors que les tendances vers plus de produits écologiques et durables progressaient ces dernières années, le contexte international actuel (pandémie de COVID-19, pénuries, inflation, crise de l’énergie) vient les ralentir. Les consommateurs ont viré leur cutie : ils ont repris leurs anciennes habitudes et sont retournés vers les supermarchés, aux pratiques commerciales agressives.

 

Pourtant, à l’heure où la guerre en Ukraine atteint le pouvoir d’achat et où les tous les foyers sont touchés par l’inflation, les produits vrac et locaux sont une solution vertueuse qui permet aux consommateurs de ne pas devoir renoncer à la qualité tout en restant accessible (on ne paie pas l’emballage, on achète la juste quantité, on y trouve des produits locaux…).

 

Un été pour découvrir les acteurs locaux

 

ConsomAction a décidé d'agir et de se rallier au défi « Un été sans supermarché » (le petit frère du défi annuel "Février sans Supermarché") afin d’inviter tous les consommateurs belges à soutenir les commerces et artisans de proximité.

 

Du 1er juillet au 31 août, ConsomAction parcourra la Belgique pour récolter des témoignages de consommateurs, réaliser des interviews de commerces et artisans locaux qui seront retransmis en vidéos sur les réseaux sociaux de ConsomAction (Facebook et Youtube) et partagés massivement sur des groupes Facebook tels que Vivons bien, vivons belge, Zéro Carabistouille, nos partenaires, etc.

Une manière de mettre sous les projecteurs ces commerçants et épiciers qui méritent d’être plus amplement connus et soutenus ainsi que de lever les préjugés sur ce type de consommation.

Pour suivre le défi, rendez-vous sur la page Facebook et/ou Youtube de ConsomAction.